Hypnose et kilos émotionnels

Légumes d'été - crédit photo : StockSnap F8B73CPSBK

En France 17% des adultes souffrent de problème de poids et les chiffres sont en constante augmentation, inutile d’en rappeler l’impact néfaste sur la santé. Si vous avez décidé de vous occuper de votre santé en retrouvant un poids sain l’hypnose a toute sa place en complémentarité par exemple d’un suivi chez une nutritionniste.

Avant, évidemment, des examens prescrits par votre généraliste pour vérifier un éventuel déséquilibre hormonal (thyroïde fonctionnant au ralenti, insuline trop élevée, etc. ) sont recommandés. Et si c’est votre hormone du stress (cortisol) qui est trop élevée, l’hypnose pourra vous être utile pour la réduire. Il est bien connu maintenant que le cortisol contribue au stockage des graisses au niveau abdominale.

Tellement de régimes ont été mis en avant pour faire perdre du poids ! Avec le recul on sait que les régimes ne marchent pas : le fait de se restreindre est contre-productif puisque la frustration entraînera un effet rebond tôt au tard. Mieux vaut alors « se réconcilier » avec son rapport à son corps et à la nourriture en faisant des repas toujours un moment de plaisir. Cela fait une dizaine d’années que je m’intéresse au sujet. J’ai d’ailleurs contribué à l’écriture du livre dont le titre est justement « Rien n’est interdit », à contre-courant des injonctions toujours plus fortes d’enlever tel ou tel groupe d’aliments et de faire peser tant de contraintes sur les repas. Manger plus sainement, oui, mais toujours en mettant le plaisir au cœur !

La plupart des personnes que je reçois expriment tout un tas de croyances, , voire d’injonctions paradoxales héritées souvent de leur éducation : « Tu dois finir ton assiette car d’autres meurent de faim ! » mais « Attention tu vas grossir», puis « On est tous obèse dans la famille de toute façon ! » ou « Tiens, un bonbon, pour te récompenser », etc. Tout ceci a pu créé des automatismes mais aussi de manière non conscientisée une charge émotionnelle qui va venir entraver l’acceptation de son propre corps.

Quant aux troubles alimentaires sévères liés à des expériences traumatiques il est recommandé d’envisager un travail thérapeutique en choisissant une personne expérimentée pour le faire (psychiatre ou psychologue clinicien).

Identifier et ressentir que des émotions peuvent être sous-jacentes de nos comportements alimentaires, mais avec bienveillance plutôt que dans le reproche, est un pas que l’hypnose aide à franchir. Tout comme pouvoir se projeter en se faisant du bien dans un autre rapport à soi et à la nourriture.

Chaque séance est unique en fonction de l’histoire de chacun. Cela peut consister par exemple à s’imaginer sous hypnose que le changement est possible en expérimentant les situations autrement. Créer de nouveaux réflexes, renforcer l’attirance vers les aliments qui nous font du bien et la mise en place de nouvelles habitudes (faire du sport, etc.), renouer avec le plaisir de déguster en mastiquant doucement jusqu’à ressentir la satiété, reconnaître la vraie sensation de faim (différente de l’envie), couper les automatismes de manger pour se réconforter ou pour combler un vide ou l’ennui.